L’histoire mouvementée de Netflix (version de septembre 2020)

La première version de ce texte a été rédigée pendant l’été 2018. Depuis, la bibliographie sur Netflix a proliféré. En particulier est paru en septembre 2019 l’ouvrage de Marc Randolph That Will Never Work qui raconte par le menu la genèse de Netflix. Mais sa lecture, bien que recommandée, ne me conduit pas à modifier la partie “origines ” du texte qui suit, partie qui était largement fondée sur le passionnant livre de Gina Keating, Netflixed.. Le journaliste Matt Burgess, de l’édition britannique de Wired, a publié au printemps 2020 une biographie très documentée, mais plutôt lèche-bottes, de Reed Hastings, Reed Hastings building Netflix. Enfin, en septembre 2020 Reed Hastings a cosigné No Rules rules . Il s’agit en fait d’une description des méthodes de gestion d’entreprise de Netflix, écrit avec Erin Meyer, (The Culture map) professeure à l’INSEAD Paris,. Ouvrage loin d’être inintéressant, surtout dans sa quatrième et dernière partie (Going global), mais qui ne contient pas de nouvelles informations sur l’histoire de la société.

Avertissement aux lecteurs: il s’agit ici de l’histoire de Netflix, pas de son économie présente ou future. Les aspects tels que les investissements considérables dans les programmes et leur logique, les chances face à la concurrence de Disney par exemple, l’actualité de Netflix en 2019 et 2020 sont traités ailleurs sur ce site en plusieurs endroits.

Lire la sute

L’Empereur de Netflixie en visite sur ses terres fédérées

Selon Les Echos, l’empereur audiovisuel Reed Hastings, en visite sur ses terres fédérées de Gaule le 6 février dernier, a eu l’élégance de convier
quelques hiérarques locaux à diner au restaurant  Rostang (menu à partir de 90 euros): le patron d’Orange, celui du Monde, le directeur des programmes de TF1 et quelques autres. Les convives se sont réjoui d’apprendre qu’avec 5 millions d’abonnés en Gaule, le service de l’Empereur dépassait désormais le service Gaule +, ce dernier ayant d’ailleurs perdu plus de 200000 abonnés en 2018. La part d’audience de l’Empereur sur le marché gaulois semble également être du double de celle de Gaule +. Mais l’audience n’est pas vraiment une priorité impériale. Une des convives ayant évoqué le projet gaulois Salto, il semblerait que la tablée ait beaucoup ri.

Continuer la lecture de « L’Empereur de Netflixie en visite sur ses terres fédérées »